2015 Festa della Storia Budrio

mardi 20 octobre 2015

Cette année 2015 l’association Paysage et Patrimoine sans frontière /Antenne Cahors a été invitée à la Festa de la Storia de Budrio.

Budrio , ville située à 25 km de Bologne participe activement à la Festa della Storia .

Antonietta Silvi, membre de la commission culture à l’association ANCesCAO a organisé une halte du tapis- volant à Budrio .

JPEG - 328.1 ko JPEG - 56.1 ko JPEG - 127.4 ko JPEG - 63.3 ko

Des seniors d’ANCesCAO ainsi que les élèves de l’Ecole de Vedrana ont eux aussi participé à cette "oeuvre collective" qui poursuit son chemin .....

L’artiste Aline Rutily "conceptrice de cette oeuvre partagée" était de la partie...

Réalisés par Vittorio Zanella, le célèbre burattinaio de Budrio les burattini de Bertrando del Pogetto , Giotto et le diable à double tête étaient aussi présents ...

JPEG - 72.4 ko

Ginetta Fino et son équipe ont chanté ...Ginetta nous a parlé de Cahors avec beaucoup d’émotion....

Ginetta a vécu à Cahors enfant et elle se souvient.......

JPEG - 79.1 ko

Au nom de l’association PPSF/Antenne CAHORS, je tiens tout d’abord à remercier toutes les personnes, enfants et adultes, qui ont participé à la confection de ce tapis- volant.

Je remercie également la commune de Budrio, ses habitants et particulièrement Antonietta Silvi, Raffaella Medici qui ont permis et facilité l’exposition de cette œuvre dans ce lieu dédié à la culture.

Ce tapis-volant est le résultat des liens que l’association PPSF/Antenne de Cahors a pu tisser avec la commune de Bologne puis de Budrio, au travers d’un projet Grundvig senior et d’un projet Comenius Regio intitulé : « Cahors- Bologne : du lien médiéval ā la citoyenneté Européenne. »

Car en effet, les relations entre le Quercy et l’Emilie sont anciennes. Elles remontent au XIV siècle avec la volonté affichée par le pape Cadurcien Jean XXII de ramener le siège de la papauté en Italie, alors que les luttes incessantes entre Guelfes et Gibelins avaient contraint l’église à transférer le Saint Siège en Avignon en France.

Bologne devait être la première étape du retour de la papauté en Italie. Le neveu du pape, le Quercynois Bertrand du Pouget s’est vu conférer par son oncle une mission « d’Ange de la paix » consistant paradoxalement à faire la guerre pour ramener la paix. L’Histoire, la Grande, retiendra que cette mission échoua plutôt piteusement. Mais l’action de Bertrand du Pouget reste encore visible à Bologne et ses environs.

Le tapis- volant dont le concept artistique a été rappelé par Aline Rutily, symbolise ces liens qui unissaient les 2 régions au Moyen -Age, chaque carré du tapis- volant étant à la fois la représentation imagée des jardins médiévaux et la transposition en tissu d’un morceau de territoire de nos 2 régions. Au-delà de l’aspect symbolique et artistique, j’ajouterai que cette œuvre fut le résultat d’une collaboration entre nos 2 pays et entre générations, et qu’elle fut réalisée grâce à des fonds Européens. Au moment où notre Europe est décriée voire contestée par certains il me parait utile de rappeler l’apport essentiel de la communauté : celle de vivre en paix et de circuler librement à l’intérieur de nos frontières.

Il s’agit là de deux libertés essentielles que la construction Européenne nous a apportées, marquant ainsi une étape décisive sur le long chemin de la liberté et des droits qui est le thème de la Festa della Storia de cette année. Mais un progrès qui est encore fragile car les partisans d’une sortie de l’Europe font entendre un discours de plus en plus écouté, et la communauté est trop souvent désignée comme bouc émissaire de tous les maux de nos sociétés. Les initiatives pour renforcer le sentiment de citoyenneté Européenne pour nos peuples sont donc à encourager et à multiplier. Le tapis -volant est donc un exemple et une invitation à poursuivre les échanges.

Monique Malique Présidente de PPSF/Antenne Cahors